lundi 28 novembre 2011

Tagliente Sarrasino, en Italie

Publié le lundi 22 aout 2011   |  Nord-Sud




L’ancienne ministre de la Santé sous la junte militaire de Robert Guéï, Jeannine Sarassino Tagliente, est désormais l’ambassadeur de la Côte d’Ivoire près l’Italie.
Du reste, c’est elle que le chef de l’Etat, Alassane Ouattara espère voir à ce poste précédemment occupé par Jeannot Zoro Bi Bah. Son décret de nomination devrait être incessamment signé. En plus de l’Italie, Jeannine Sarassino Tagliente, directrice de campagne d’Alassane Ouattara dans la commune de Treichville, lors de la campagne de la présidentielle, représentera également la Côte d’Ivoire près l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao), le Programme alimentaire mondial (Pam) et le Fonds international de développement agricole (Fida). 
http://news.abidjan.net/h/408303.html 

 Diplomatie / Nouvel ambassadeur de Côte d`Ivoire en Italie: Accueil de Son Excellence Janine Tagliante-Saracino
Publié le lundi 28 novembre 2011   |  Ministères


Diplomatie:
© Ministères par DR
Diplomatie: le consulat de Côte d`Ivoire en Lombardie (Italie)



Une nouvelle page de la diplomatie ivoirienne en Italie s’ouvre avec l’arrivée à Rome de Son Excellence Janine TAGLIANTE-SARACINO, nouvel Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République de Côte d’Ivoire près la République Italienne.

C’est le lundi 31 octobre 2011 que l’avion de la Compagnie Air France, en provenance de Paris, qui transporte Madame l’Ambassadeur, atterrit à 16H50 à l’Aéroport Leonardo Da Vinci de Fumicino à Rome.

Son Excellence Joseph TEBAH-KLAH, nouvel Ambassadeur de Côte d’Ivoire près le Saint-Siège et Monsieur Joseph ROUA, Chargé d’Affaires a.i., ainsi qu’un membre de la Direction du Protocole d’Etat saluent le nouveau Chef de Mission à sa descente d’avion et l’accompagnent au Salon d’Honneur.

Le Groupe des Ambassadeurs Africains, les membres du personnel de l’Ambassade et des Représentants de la Communauté ivoirienne, qui attendent au Salon d’Honneur, réservent un accueil très chaleureux et enthousiaste à Son Excellence Janine TAGLIANTE-SARACINO à qui un magnifique bouquet de fleurs est remis par une des Secrétaires de l’Ambassade.

En l’absence de Son Excellence Mamadou KAMARA DEKAMO, Ambassadeur de la République du Congo et Doyen du Corps Diplomatique Africain, il est revenu au Vice-Doyen, Son Excellence Papa Cheikh Saadibou FALL, Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République du Sénégal de conduire la délégation des Chefs de Mission africains composée des Ambassadeurs du Cap Vert, du Mali, de la Zambie ainsi que du Ministre Conseiller de l’Angola et du Conseiller du Zimbabwe.

Dans son allocution de bienvenue, l’Ambassadeur du Sénégal indique les usages du Groupe des Ambassadeurs Africains et assure Madame l’Ambassadeur de leur disponibilité et engagement à l’accompagner dans l’accomplissement de sa mission.

Suite aux propos du Vice-Doyen du Corps Diplomatique Africain, Son Excellence Janine TAGLIANTE-SARACINO adresse ses remerciements aux Ambassadeurs des pays frères et amis de la Côte d’Ivoire présents ainsi qu’à tout le personnel de l’Ambassade pour le vibrant accueil à lui réservée et se dit très sensible et honorée de ces délicates marques d’attention.

Le nouveau Chef de Mission exprime également sa joie de se sentir ainsi adoptée par la grande famille des diplomates dès son arrivée dans la Ville éternelle.

Après les échanges de bienvenue, Madame l’Ambassadeur prend congé de ses collègues et est accompagné à l’hôtel par ses collaborateurs, où elle séjournera avant de regagner sa Résidence officielle.

Rappelons que Madame l’Ambassadeur Janine TAGLIANTE-SARACINO a une longue et riche carrière professionnelle.

Titulaire du Doctorat en Médecine obtenu à la Faculté de Médecine Pierre et Marie CURIE de l’Université de Paris VI, Maître de Conférence agrégée en Santé Publique CAMES, Son Excellence Janine TAGLIANTE-SARACINO a fait toute sa carrière dans l’Administration ivoirienne où elle a occupé de hautes fonctions.

Elle fut, entre autres, Directeur de l’Institut National d’Hygiène Publique entre 1990 et 2000, Ministre de la Santé Publique pendant la Transition sous le Général Robert GUEI de mai à octobre 2000, Conseiller Spécial chargé de la Santé Publique et de la Sécurité Sociale de l’ex-Président Laurent GBAGBO en octobre 2000, Directeur de Cabinet de l’ex-Premier Ministre Seydou Elimane DIARRA de 2003 à 2005. Puis Conseiller Spécial chargé du Développement Humain et de l’Assistance Humanitaire de l’ex-Premier Ministre Charles Konan BANNY, actuel Président de la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation (CDVR), de 2005 à 2006.

Avant sa nomination en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République de Côte d’Ivoire près la République Italienne, Son Excellence Janine TAGLIANTE-SARACINO exerça comme Professeur Titulaire de Santé Publique, Responsable de la Chaire à l’Université d’Abidjan (1981-2011).

Madame l’Ambassadeur a obtenu plusieurs distinctions honorifiques :
Lauréate de la Faculté de Médecine de Paris (1979), Lauréate de la Coupe Nationale d’Excellence, primée Meilleur Dirigeant des Etablissements Publics Nationaux (EPN) de Côte d’Ivoire (1997), Officier de l’Ordre du Mérite Ivoirien (2001), Chevalier de l’Ordre National (2004), Commandeur dans l’Ordre de l’Education Nationale (2006) et Commandeur dans l’Ordre de la Santé Publique (2008).

Le personnel de l’Ambassade émet des vœux de plein succès dans l’accomplissement de la mission de Madame l’Ambassadeur.

Haute considération.

LE CHARGE D’AFFAIRES a.i.

JOSEPH ROUA

Chirurgie pédiatrique : bientôt un hôpital à Bingerville #CIV2010

Chirurgie pédiatrique : bientôt un hôpital à Bingerville #CIV2010
Chirurgie pédiatrique : bientôt un hôpital à Bingerville
Publié le lundi 28 novembre 2011 | Fraternité Matin


Caravane
© Présidence par Zamblé
Caravane de charité et de solidarité de la Fondation "Children of Africa": Mme Dominique Ouattara offre pour 200 millions de médicaments aux populations des Montagnes
Mardi 08 novembre 2011. Abidjan. Direction technique du ministère de la Santé, au Plateau. Mme Dominique Ouattara offre aux populations du District des Montagnes, d’importants équipements et matériels médicaux d’une valeur estimée à plus de 200 millions de FCFA





La Société africaine de chirurgie pédiatrique (Sacp) organise du 23 au 27 novembre 2011, son 4ème congrès ordinaire, à la salle de conférence de l’espace Crrae-Uemoa à Abidjan-Plateau, autour du thème « vivre en 2011 avec une affection chirurgicale ».

Au cours de la cérémonie inaugurale du congrès, Mme N’Dri Yoman Thérèse, ministre de la Santé et de la Lutte contre le Sida a révélé que la Côte d’Ivoire s’apprête à s’offrir un hôpital pédiatrique. « Madame Dominique Ouattara, la marraine de cette cérémonie nous charge, sa représentante (Me Kouassi Laurène) et moi-même, de vous annoncer avec grand bonheur, la construction d’un hôpital mère-enfant à Bingerville en collaboration avec le Rotary club international », a-t-elle indiqué.

Pour Mme la ministre, le sujet de la chirurgie pédiatrique revêt un intérêt capital pour le ministère. Il s’agit de renforcer les capacités des chirurgiens-pédiatres à travers les différentes communications qui permettront l’amélioration des connaissances des praticiens et la qualité des soins pour une prise en charge efficiente des enfants.

Selon elle, les populations vulnérables demeurent une priorité au niveau mondial dans l’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement (Omd), les points 4 et 5 relatifs à la mortalité maternelle et à la mortalité infanto-juvénile.

« C’est donc une priorité du gouvernement de Côte d’Ivoire et partant du ministère. En effet, les affections néonatales, le paludisme, la pneumonie, la diarrhée, la rougeole, le Sida et la malnutrition sont responsables de 70 % des décès chez les enfants (compte à rebours 2006). Quant aux malformations, elles touchent 3 à 8% des nouveaux-nés dans le monde et elles ne cessent de croître. En Côte d’Ivoire, la traumatologie représente 50% des motifs d’hospitalisation en chirurgie pédiatrique », dira-t-elle.

D’où l’impérieuse nécessité de répondre efficacement aux besoins de la population en matière de santé et particulièrement de chirurgie pédiatrique. Le Pr. N’Dri Yoman estime que ce congrès crée un cadre d’échanges où les spécialistes venus d’horizons divers pourront confronter leurs expériences. « À travers ce congrès, c’est non seulement une mise à niveau des chirurgiens-pédiatres de la sous-région mais aussi un signe d’espoir pour ses nombreuses familles qui ont des enfants qui souffrent d’une malformation quelconque ».
« C’est aussi un espoir de savoir qu’avec l’évolution au niveau mondial de la chirurgie pédiatrique, des enfants pourront vivre désormais avec leur pathologie en accédant à des soins de qualité », a-t-elle conclu.

Pour Mme Da Silva Anoma, présidente en exercice de la Sacp « ce congrès est une occasion pour faire le point de la chirurgie pédiatrique en Afrique, se remettre en cause, échanger avec les partenaires extérieurs afin d’améliorer ce qui n’a pas marché ».
Ce congrès prend fin le 27 novembre prochain.

Eugène YAO

dimanche 27 novembre 2011

Lancement du Programme e-santé

 Le ministre Koné Bruno Nagbagbé: « Les Tics doivent soutenir notre système de santé »
Publié le samedi 26 novembre 2011   |  Ministères
Gouvernance
© Ministères par DR
Gouvernance électronique : Le ministre Bruno Koné assiste au séminaire de validation sur la E-santé
Vendredi 25 novembre 2011 - Vitib( Bassam) : Ouverture du séminaire de validation du projet e-santé en présence des ministres des ntic et de la santé.



Elaborer un schéma du plan de développement stratégique de la Cybe santé, définir la politique nationale et les conditions d’implémentation de la Cybersanté en Cote d’Ivoire. A l’effet d’assurer une bonne gestion numérique du système de santé en vue de garantir l’accès des populations aux soins de santé de qualité, efficaces, surs et économiques. C’est l’objectif majeur du séminaire de validation sur la E-santé qui a lieu depuis ce vendredi au Village des Technologies de l’Information et de la Biotechnologie( Vitib) de Grand Bassam ce en présence du Ministre Koné Bruno Nagbagné, de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication( PTIC). A l’ouverture des travaux, M. Yeo Jean Claude, le chef de projet E- santé a rappelé que depuis 2009, des initiatives en la matière. Puis, il a dit merci à Monsieur le Ministre Bruno Nabagné Koné et son homologue de la Santé et de la Lutte contre le Sida qui ont été commis au niveau du gouvernement pour la mise en œuvre du projet ambitieux et novateur. Quand au Pr Bakayoko Ly Ramata, la présidente du Comité Scientifique, emboitant le pas, au chef de projet, a adressé ses remerciements au gouvernement ivoirien pour avoir inscrit la Cybersanté au cœur de son action et d’un plan stratégique dans ce domaine. En outre, il salué le travail abattu par les quatre commissions qui sont au laboratoire depuis quelques mois. En sa qualité de président de la cérémonie, le Ministre Koné Bruno a situé le contexte de mise en œuvre de la Cybersanté ou encore E-santé dans une Cote d’Ivoire qui amorce une nouvelle ère de son histoire. Par ailleurs, il a salué la franche collaboration du Pr N’dri Thérèse Yoman, Ministre de la Santé et de la Lutte contre le Sida. Quand il dit : « Je voudrais saluer la franche collaboration de ma sœur, le Pr Ndri Yoman dans la mise en œuvre de ce projet. Mais aussi et surtout pour la compréhension dont elle a fait preuve par rapport au projet E Santé. Son implication personnelle qui a permis à ce projet de commencer à prendre forme comme dans tous les secteurs clés, pour repositionner le pays sur la scène internationale et surtout améliorer sensiblement les conditions de vie de nos populations. Dans le contexte mondial actuel, il est indéniable que les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) contribuent à dynamiser la production intérieure et extérieure des Etats et à créer de la richesse. Une étude de l’UIT montre par exemple comment 10% de taux de pénétration du haut débit internet (le large bande) crée 1 point de croissance supplémentaire du PIB. Les TIC permettent donc d’impulser la croissance économique de nos Etats, et d’améliorer le niveau et la qualité de vie des citoyens » Poursuivant, il a rappelé que le système de santé publique de notre pays, qui souffrait déjà d’énormes insuffisances, a payé un lourd tribut aux diverses crises que notre pays a traversées depuis une dizaine d’années. « Le système de santé de la Côte d`Ivoire, comme celui de nombreux pays d`Afrique, connaît de nombreux problèmes, dont l’insuffisance des infrastructures, la faiblesse du plateau technique, et le déficit en Ressources Humaines de qualité. En Côte d`Ivoire, l`une des difficultés identifiées dans le domaine de la santé, semble être la couverture territoriale relativement disparate, aussi bien pour les soins de santé primaires, que pour les soins secondaires et les soins de spécialités. L’on constate ainsi un déséquilibre au niveau de la qualité des soins et de la continuité des services de santé publique, sur l’ensemble du territoire » a-t-il ajouté. C’est dont pour palier ses insuffisances et améliorer la qualité du niveau de vie des populations que le gouvernement du premier Ministre GUILLAUME SORO, sous la haute inspiration du Président de la République, M. Alassane Ouattara, fait de la numérisation de la société ivoirienne une priorité majeure. « C’est pourquoi, un vaste programme a été mis en place dans le secteur des TIC, dont l’objectif premier est de doter l’Etat de Côte d’Ivoire d’un Plan Stratégique de Numérisation couvrant tous les secteurs clés de la vie de notre nation, c’est à dire, l’éducation, l’agriculture, la Gouvernance, le commerce, et naturellement la santé » a précisé le Ministre de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication. Avant d’énumérer quelques avantages que pourraient procurer la vulgarisation de ce mode de santé, dont l’objectif est selon lui de faire en sorte que les technologies de l’information et de la communication viennent en soutien au système de santé classique. Citons entre autres avantages, aux praticiens de la santé et aux populations ivoiriennes. Citons entre autres, l’accès des populations aux services de santé et à des soins de qualité sur toute l’étendue du territoire d’une part, et la formation des professionnels de la santé par la télé formation ,la fin de l’isolement des professionnels de la santé par la télé expertise et le développement de la recherche médicale par l’accès rendu plus aisé aux bases de données mondiales d’autre part. Sans oublier, la promotion de la mise en place du dossier ‘’patient numérique’’ et des bases de données accessibles en ligne. Aussi, il n’a pas oublié de saluer la présidente du Comité scientifique du séminaire de validation, le Pr Bakayoko Ly Ramata et le dynamique M. Yéo Jean Claude, le chef du projet et tous les experts impliqué dans sa mise en œuvre. Au nom du Pr N’dri Yoman empêché, le docteur Albert Flindé, ministre de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, a réaffirme le soutien total de son homologue de la Santé dans la concrétisation de chantier qui tient à cœur au Président de la République.
http://news.abidjan.net/h/417783.htm

lundi 14 novembre 2011

La pilule gratuite et anonyme pour les mineures divise la droite - LeMonde.fr

La pilule gratuite et anonyme pour les mineures divise la droite - LeMonde.fr

La pilule gratuite et anonyme pour les mineures divise la droite

LEMONDE.FR | 14.11.11 | 14h28

Des tablettes de pilules contraceptives.

Des tablettes de pilules contraceptives.AFP/MYCHELE DANIAU

La pilule anonyme et gratuite revient en débat, lundi 14 novembre à l'Assemblée nationale. La députée UMP Bérengère Poletti doit déposer ce jour une proposition de loi étendant l'autorisation de délivrance de la contraception gratuite et sans autorisation aux mineures. La mesure a fait réagir Nora Berra, secrétaire d'Etat à la famille, qui s'y est dite opposée lors d'une conférence de presse.

La hausse du nombre d'IVG chez les mineures inquiète les professionnels depuis longtemps. Leur nombre augmente en effet depuis dix ans. Plus de 13 200 IVG ont été réalisées sur des mineures âgées de 15 à 17 ans en 2006 (PDF), selon l'Inspection générale des affaires sociales, contre 10 722 en 2002.

Le 18 octobre, lors d'une conférence de presse des mutuelles sur le recul de l'accès à la contracteption et à l'avortement, Israël Nisand s'inquiétait : "15 000 IVG par an chez les mineures et 100 000 chez les moins de 25 ans, ce sont de mauvais résultats pour notre pays", a souligné le professeur qui doit remettre prochainement à Jeanette Bougrab, secrétaire d'Etat à la jeunesse, un rapport sur la contraception et l'avortement des jeunes filles.

"IL N'EST PAS LOGIQUE QUE L'IVG SOIT GRATUITE ET ANONYME ET PAS LA PILULE"

Durant la même période, la contraception d'urgence, délivrée gratuitement et de manière anonyme par les pharmaciens et les infirmières scolaires, a connu une demande très forte. Plus de 300 000 boîtes ont été délivrées en 2009 dans les pharmacies contre 50 000 en 2002. "Il n'est pas logique que l'IVG et la pilule du lendemain soient gratuites et anonymes et pas la pilule", assure la députée des Ardennes.

Pour la députée, le système actuel manque de cohérence. L'IVG est anonyme et gratuite pour toutes mais la contraception n'est accessible dans les mêmes conditions que dans les centres de planification familiale. Or ces centres sont souvent inaccessibles pour la majorité des jeunes, particulièrement dans les zones rurales.

Le dispositif qu'elle a imaginé prévoit de permettre à une mineure de se rendre gratuitement chez un professionnel de santé prescripteur (médecin généraliste, gynécologue ou sage femme) pour obtenir la délivrance d'une ordonnance de contraception adaptée.

Pour préserver l'anonymat, le texte propose l'établissement d'une facturation spécifique, de façon à ce que l'Assurance maladie puisse rembourser la consultation et la pilule sans que cela apparaisse sur le décompte de remboursement des parents de la jeune fille mineure. "Tout médecin doit pouvoir prescrire un contraceptif à une adolescente sans que cela apparaisse sur le relevé de la carte vitale de ses parents", certifie la députée.

Le dispositif imaginé est calqué sur celui du "Pass santé contraception" mis en place par la région Ile-de-France en avril. L'initiative de Jean-Paul Huchon avait déclenché l'opposition farouche des associations familiales et de la PEEP (fédération des parents d'élèves de l'enseignement public, classée à droite) qui soulignaient le risque de "banaliser l'acte sexuel et l'usage de la contraception". Depuis, la PEEP ne s'y oppose plus frontalement mais demande que "les parents soient informés".

>> Lire : La contraception, toujours taboue chez les jeunes

La secrétaire d'Etat à la santé, Nora Berra, à Paris, le 17 novembre 2010.

La secrétaire d'Etat à la santé, Nora Berra, à Paris, le 17 novembre 2010.AFP/LIONEL BONAVENTURE

"ON OMET L'AUTORITÉ PARENTALE"

Le 26 octobre, à l'occasion d'une présentation à la presse de la nouvelle campagne pour la contraception, la secrétaire d'Etat à la santé, Nora Berra, a déclaré qu'elle était elle aussi défavorable à la proposition de loi. Critiquant les régions qui ont mis en place l'accès gratuit et anonyme à la contraception pour les mineures, elle a dit vouloir "rappeler que la pilule est un médicament. Je ne veux pas laisser penser que c'est une petite pilule sans risque qu'on peut prendre facilement".

Elle a aussi souligné qu'avec ce système, "on omet l'autorité parentale". Mme Berra insistait en précisant que "c'est la position du gouvernement". "Ce n'est pas vrai ", juge une autre ministre, assurant que "le sujet n'a pas été arbitré".

Xavier Bertrand, ministre de tutelle, se tait. Le ministre du travail, de l'emploi et de la santé n'a pas répondu au rapport de Mme Poletti. "Il m'a juste glissé qu'il n'était pas contre. Je crois qu'il marche sur des œufs après la réaction des associations familiales", remarque la secrétaire nationale en charge de la dépendance et des solidarités à l'UMP.

Devant leur silence, la députée a décidée d'interpeller publiquement ses amis politiques. Mme Poletti a adressé lundi, au même moment que le dépôt de la proposition de loi, une lettre au président de la République, au premier ministre, au ministre de la santé, au président de groupe UMP et au secrétaire général de l'UMP "pour leur demander la position du gouvernement et de l'UMP". "J'attends de voir s'ils soutiendront ma proposition et s'ils l'inscrivent dans une niche", insiste-t-elle.

Sylvia Zappi................................................... ..................................... ....................................., ................................................... ..................................... .....................................,

vendredi 11 novembre 2011

Le gouvernement envisage une amende contre les arrêts maladie abusifs


Le projet gouvernemental vise à infliger au salarié une amende, afin qu'il rembourse une partie des indemnités journalières perçues avant sa visite à un médecin-conseil.
Le projet gouvernemental vise à infliger au salarié une amende, afin qu'il rembourse une partie des indemnités journalières perçues avant sa visite à un médecin-conseil. AFP/MYCHELE DANIAU

Le gouvernement envisage d'infliger des amendes aux salariés ayant bénéficié d'un arrêt maladie injustifié, dans le cadre de la lutte contre la fraude sociale, a-t-on appris jeudi 10 novembre auprès du ministère du travail. "Un texte réglementaire est en cours de préparation et devrait sortir d'ici la fin de l'année", a indiqué le ministère, confirmant une information diffusée par Europe 1.

Actuellement, un salarié qui se se fait prescrire un arrêt de travail bénéficie d'indemnités journalières. En cas d'interruption prolongée, il passe alors devant un médecin-conseil de la Sécurité sociale qui peut mettre fin à ces indemnités s'il estime cet arrêt abusif.
Le projet gouvernemental vise à aller plus loin en infligeant au salarié une amende, afin qu'il rembourse une partie des indemnités journalières perçues avant sa visite auprès du médecin-conseil. Les modalités et le montant de ces sanctions n'ont pas encore été précisées, a-t-on indiqué au ministère du travail.
RESPONSABILITÉ DU MÉDECIN
En 2010, la Sécurité sociale a réalisé près de 400 millions d'économie en renforçant ses contrôles sur les arrêts maladie abusifs, une somme qui ne représente toutefois que 4,6 % du montant total des indemnités journalières versées.
La Fédération nationale des accidentés de la vie (Fnath), association de malades et de personnes handicapées, a vivement condamné ce projet d'amende, en affirmant que le médecin était le premier responsable en cas d'arrêt injustifié.
"Le gouvernement oublie de rappeler que ce sont les médecins qui prescrivent la durée des arrêts maladie : ce ne sont donc pas les malades qui doivent être tenus responsables d'un arrêt qui semblerait injustifié", a indiqué dans un communiqué la Fnath, en s'interrogeant sur les possibilités de recours.
"Si pénalités il doit y avoir, ce sont les médecins traitants qui doivent les subir. Ce n'est pas à la personne en arrêt de faire les frais d'une approche différente entre deux médecins sur l'opportunité et la durée de leur arrêt", poursuit l'association, qui revendique 200 000 adhérents.
http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/11/10/le-gouvernement-envisage-une-amende-contre-les-arrets-maladie-abusifs_1602249_823448.html

mercredi 9 novembre 2011

Assainissement du milieu sanitaire

 Les cliniques clandestines dans le viseur de N’Dri-Yoman
Publié le jeudi 3 novembre 2011   |  Nord-Sud
Santé:
© Autre presse par UNICEF Côte d`Ivoire / 2011 / Vigneault
Santé: images du 5e passage des Journées nationales de vaccination
Photos: La Ministre de la Santé et de la Lutte contre le Sida, Thérèse N`Dri Yoman, de la Représentante adjointe de l’UNICEF Christina de Bruin ainsi que les représentants de l’OMS et du Rotary ont lancé officiellement ce 30 septembre à Grand-Bassam le 5e passage des Journées Nationales de Vaccination


La ministre de la Santé et de la lutte contre le Sida ne veut pas rester muette face à la prolifération des cliniques clandestines. Le Pr N’Dri-Yoman a décidé de mettre fin aux activités des cliniques qui n’exercent pas selon les règles établies par le ministère de la Santé et qui refusent de se mettre en règle. Elle l’a révélé au cours d’un point-presse, hier, à son cabinet au Plateau. Des équipes compétentes du ministère en charge de la santé sillonneront le district d’Abidjan et les autres villes pour effectuer des contrôles et des inspections sanitaires des établissements privés. « Il s’agira d’engager tous les établissements sanitaires privés et publiques dans un processus de démarche-qualité et d’humanisation des services de santé », a-t-elle expliqué. L’assainissement à l’intérieur et à l’extérieur des établissements sanitaires est l’une des priorités de la ministre. Ainsi, elle envisage prendre des décisions avec l’appui des ministères de la Salubrité urbaine et de l’Intérieur pour mettre fin au développement anarchique, à tout haut risque infectieux aux abords des structures sanitaires, de commerces de denrées alimentaires et autres. « Il faut que certaines décisions fortes soient prises pour offrir des soins de qualité sans danger aux populations », a-t-elle tranché. La patronne de la Santé a, au cours de son adresse, demandé à la population de s’engager et de coopérer avec les services de contrôle des mesures prises par le gouvernement. Le lancement officiel de cette opération d’assainissement aura lieu au Chu de Yopougon, vendredi prochain.

Adélaïde Konin

Assainissement du secteur privé de la santé, Des cliniques bientôt fermées
Publié le jeudi 3 novembre 2011   |  Le Patriote
61ème
© Ministères par DR
61ème réunion du comité régional de l’OMS : des centaines de scientifiques attendus à Yamoussoukro
Mercredi 24 aout 2011. Abidjan. Salle de conférence du ministère de la Communication, Tour C, 16e étage, au Plateau. Mme Thérèse N’Dri Yoman, ministre de la Santé et de la lutte contre le Sida, présidente du comité d’organisation de la 61ème réunion du comité régional de l’Organisation mondiale de la santé fait le point des préparatifs de cette importante rencontre qui se tiendra à Yamoussoukro, à partir du 29 août prochain



La guerre aux cliniques privées illégales va bientôt démarrer. Et celles qui opèrent sur le territoire ivoirien sans agrément en auront pour leur compte. Surtout que certains promoteurs disposent d'agréments non conformes à l'exercice médical pratiqué. Pour palier cela, le Ministre de la Santé et de la lutte contre le Sida, le Pr. Thérèse N'Dri Yoman procédera demain vendredi au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de yopougon au lancement officiel de la double opération « Hôpital, ami des malades et contrôle de conformité des établissements sanitaires privés ». C'est ce qui ressort d'une conférence de presse tenue hier au Ministère de la Santé au plateau. Elle a expliqué qu'il y a 1767 cliniques privées qui opèrent sur toute l'étendue de la Côte d'Ivoire. Mais, à la faveur de la crise ivoirienne ce chiffre a connu une hausse beaucoup plus importante. Car plusieurs cliniques ont été installées dans la clandestinité. « Nous allons vérifier si ces cliniques disposent d'un agrément. Nous allons également vérifier la qualification des personnes qui travaillent dans ces établissements sanitaires. Ceux qui ne sont pas en règle, nous allons les inviter dans un premier temps à se mettre à jour » a indiqué le Pr. N'Dri Yoman. L'objectif étant d'abord la sensibilisation afin que ces cliniques respectent les normes en vigueur. La phase coercitive n'est pas exclue. Elle interviendra après la sensibilisation. « Ce ne sera pas une action d'éclat encore moins une action ponctuelle. » a-t-elle prévenu. Un comité de suivi et d'évaluation a été mis en place. Il regroupera la Direction des EPN, Direction de l'Hygiène Publique, le Ministère de la salubrité Urbaine et le Ministère d'Etat, Ministère de l'Intérieur. En tout cas, le Pr. N'Dri Yoman exigera de ces établissements des soins de qualité et sans danger. Cette opération s'étendra ensuite aux autres communes du District d'Abidjan et sur l'étendue du territoire Ivoirien. Les structures sanitaires publiques ne seront pas fermées, mais elle veillera à l'amélioration de l'accueil des malades, à la réorganisation des services d'urgences et l'amélioration des conditions d'hygiène à l'intérieur et à l'extérieur de l'hôpital.
Anzoumana Cissé

Moyen-Cavally / Réhabilitation du système sanitaire : Mme Dominique Ouattara fait don de 500 millions

Publié le mercredi 9 novembre 2011   |  Le Nouveau Réveil


Le ministre Mabri : «Nous allons présenter au Président un plan Marshall pour l’Ouest
Le Moyen-Cavally s’en souviendra longtemps de la Première dame de Côte d’Ivoire, Mme Dominique Ouattara. Parce qu’elle a offert, à cette région sinistrée par la guerre, des ambulances, du matériel biomédical et plusieurs autres dons le tout d’une valeur de cinq cent (500) millions de francs Cfa. En attendant de convoyer tout ce matériel dans lequel se trouvent des kits scolaires, hier, une partie des équipements (200 millions) a été réceptionnée par les populations concernées. C’était à la Direction des infrastructures d’équipements et de la maintenance du Plateau (Diem). Cette cérémonie de remise de dons, il fallait s’y attendre, s’est transformée en un moment de grande réjouissance, de partage, de solidarité, de retrouvailles, et surtout de réconciliation. Les populations, en effet, dans leurs plus grandes diversités religieuse, politique, ethnique et culturelle, ont massivement fait le déplacement pour traduire leur reconnaissance à la Première dame de Côte d’Ivoire. A travers des danses dont le Tématé, la danse des échassiers, les Wê, les Dan, les Mahou, les Malinké, les Toura, qui avaient à leurs côtés les ministres du Moyen-Cavally et leurs cadres, et surtout les chefs coutumiers, ont dit "Assè ou nitché" à Mme Dominique Ouattara. Avant cette marque de reconnaissance et de gratitude, c’est le maire du Plateau qui a souhaité le traditionnel "akwaba" à l’illustre épouse du président Alassane Ouattara. Akossi Bendjo, dans son intervention, a salué les actions que la présidente de "Children of Africa " mène en faveur des populations défavorisées, en général, et, en particulier, en direction des hommes et des femmes de l’Ouest qui ont souffert de cette crise. «La commune du Plateau adhère à cette initiative de partage et de réconciliation», s’est-il réjoui. A sa suite, le professeur Amonkou Antoine, directeur de cabinet du ministre de la Santé et de la lutte contre le sida, représentant le ministre N’dri-Yoman, empêchée, a expliqué que ces dons constituent une bouffée d’oxygène pour le système sanitaire dans son ensemble, mais aussi pour celui du Moyen-Cavally. Tout en saluant le geste de Mme Dominique Ouattara, il a instruit les utilisateurs à faire bon usage de tous les dons. Toujours au titre des interventions, c’est le ministre d’Etat, ministre du Plan, par ailleurs vice-président du comité d’organisation de la visite du président à l’Ouest qui a traduit la gratitude de ses parents à Mme Dominique Ouattara. Avant de revenir sur les raisons du report du voyage du chef de l’Etat dans cette région. «Je voudrais saluer la grandeur de votre action. Nous en sommes sensibles. Merci de nous donner le sourire. Or donc, l’Ouest peut retrouver le sourire ? Or donc, rien n’est perdu ?», s’est-il interrogé. Le ministre Mabri Toikeusse, à propos du programme de voyage du président de la République, a encore rappelé en ces termes. «Il a dit qu’un certain nombre de questions soient réglées avant son arrivée. Il s’agit de la réhabilitation des établissements sanitaires, de la réhabilitation des établissements scolaires, des équipements, des bureaux et des résidences des préfets …de l’électrification urbaine et du raccordement d’un certain nombre de villages au réseau électrique, de la réparation de toutes les pompes villageoises. Il s’agit de gérer les questions de salubrité, faciliter le retour des populations au village, des réfugiés dans leurs pays (...) Ces dons vont donner le sourir et l’espoir (...) Il s’agit pour la réconciliation (...) Nous sommes en train de mettre à la disposition du président un plan Marshall pour la région de l’Ouest». Répondant à son tour à toutes ces préoccupations, la donatrice a fait savoir que la santé des populations du Moyen-Cavally la préoccupe beaucoup. C’est pour cela qu’en dehors de ces dons, elle a promis d’organiser du 14 au 19 novembre prochain une campagne de vaccination contre la fièvre typhoïde et le déparasitage des populations dans les villes de Duékoué, de Guiglo, de Toulépleu et de Bloléquin. Pour terminer, Mme Dominique Ouattara a demandé de prendre soin du matériel. «Je voudrais vous demander de bien vouloir acheminer ces dons à vos frères et sœurs du Moyen-Cavally…
Aujourd’hui, il faut penser à la paix et à la réconciliation, il faut accepter de se parler, de se pardonner, et de vivre ensemble», a-t-elle conseillé.
Dje km

L’Association "Obésité et Diabète de Côte d’Ivoire" sensibilise les diabétiques

Publié le mardi 8 novembre 2011   |  AIP


Abidjan - En prélude à la journée mondiale du diabète, qui a lieu le 14 novembre, l’association "Obésité et Diabète de Côte d’Ivoire (AODCI)" organise, à son siège, sis à Cocody-Angré 8ème Tranche, la semaine du diabétique du 08 au 12 novembre, en vue de sensibiliser les personnes atteintes du diabète au traitement par les nouveaux médicaments.

Au cours de cette semaine, il s’agira essentiellement d'effectuer des séances de dépistage gratuit, et de présenter aux malades le régime alimentaire indiqué qu’ils doivent désormais observer. D'après des études, l'on dénombrerait, en Côte d’Ivoire, un peu plus d’un million de sujets affectés par cette maladie. Une personne est ainsi déclarée diabétique que lorsque son taux de sucre dans le sang est supérieur ou égal à 1,26 g.

Selon Dr Abodo Jacko, diabétologue, et président de l’AODCI, à l'initiative de laquelle se tient cette semaine, les principaux signes révélateurs du diabète sont de quatre ordres: les urines abondantes, la consommation abondante d’eau ou de boissons sucrées et de nourriture de même que l'amaigrissement prononcé.

Le diabète se caractérise par deux formes : le diabète de type 1, dû à un dysfonctionnement du pancréas(les enfants et adolescents peuvent en être affectés) et le diabète de type 2, ayant pour origine la consommation, de façon continue et, en abondance, d'aliments trop sucrés.

nkm/nf

.Infrastructures économiques / Inauguration du Cerma : La Sodexam à la conquête de la sous-région



Publié le mercredi 9 novembre 2011   |  Le Nouveau Navire



Le jeudi 3 novembre dernier a été inauguré le Centre Régional de Médecine Aéronautique et Aéroportuaire (CERMA), par le ministre des Infrastructures Economiques, Patrick Achi. Un centre dont les premiers responsables comptent faire une référence sous-régionale. " … le CERMA faisait partie des projets finalisés dans les 100 jours du gouvernement,… et permettra de consolider la position qu'occupe l'Aéroport d'Abidjan dans la Sous-région ". C'est en substance ce qui ressort du discours du ministre Patrick Achi. En effet, le Centre Régional de Médecine Aéronautique et Aéroportuaire (Cerma) sera composé de trois départements, à savoir : les soins, les urgences et les expertises médicales du personnel Aéronautique. Ce centre médical devrait également prendre en charge toutes les populations résidant à Port-Bouët. Et sera animé par des médecins ayant une expérience personnelle du milieu aéronautique et devrait répondre au souci de soins, d'aide médicale d'urgence, de sélection et de surveillance du personnel aéronautique éloigné du centre-ville. Quant au Directeur général de la Société d'Exploitation et de Développement Aéroportuaire, Aéronautique et Météorologique (SODEXAM), M. George E. Philippe, il a révélé que la création de cette structure sanitaire au sein de l'Aéroport répond au souci d'assurer les soins du personnel Aéronautique sans qu’il ne se déplace vers le centre-ville. Notons que 26 agents de la SODEXAM ont été décorés aux grades de Chevaliers, Commandeurs et Officiers dans l'ordre national.

Y. R. A.

Les aviateurs ont leur hôpital
Publié le mercredi 9 novembre 2011   |  Nord-Sud


« Ce centre de santé est un maillon important de la future ville aéroportuaire d'Abidjan Port-Bouët », a précisé Patrick Achi jeudi dernier lors de l'inauguration du centre régional de médecine aéronautique et aéroportuaire (Cerma) à l'aéroport international. La Société d'exploitation et de développement aéro portuaire, aéronautique et météorologique (Sodexam) a la char ge,de la mise en œuvre de la médecine aéronautique et aéroportuaire dont le Cerma. Ce centre doté d'un personnel qualifié, s'organise en trois départements à savoir les départements de soins, des urgences et des expertises médicales du personnel aéronautique, qui prend en compte la sécurité du pilote et de ses passagers ainsi que la sécurité publique.